Le 360° de
France Pêche















fnpf







Derniers sujets
» Gagnants des mois de juin & juillet
Sam 8 Juil - 5:26 par lagibasse

» Gagnant du mois de mai
Ven 16 Juin - 21:48 par geronimo

» Gagnant du mois d'avril
Lun 15 Mai - 12:42 par alainjura

» Le mot suivant
Mer 19 Avr - 10:15 par La brème

» Ordre alphabétique
Lun 17 Avr - 9:53 par La brème

» Recherche Moulinet taille 3000
Jeu 13 Avr - 8:21 par La brème

» Enigme
Mer 5 Avr - 2:48 par uKulele

» Gagnant du mois de Mars
Mar 4 Avr - 17:01 par uKulele

» Gagnant du mois de Février 2017
Mer 8 Mar - 10:08 par La brème

Liens Infos





























Brochet 2016






















Extrait d'un livre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Extrait d'un livre

Message  alainjura le Jeu 30 Jan - 11:46

Bonjour

Je suis en train de lire un almanach du pêcheur de 1930.
Je vous donne un passage qui me parait intéressant.
(Je ne pense pas qu'il y ait des problèmes de droit d'auteur ; Jean-Paul, je te laisse juge)



LE NAVIGATEUR SOLITAIRE

Le  navigateur solitaire, c’est- à-dire Alain Gerbault, à fait dans son dernier livre d’intéressantes constatations sur les moeurs des poissons.
Le voici tout d’abord qui observe chez les poissons un goût très vif peur le jeu, le jeu qui est, dit-il, un instinct primordial. Il traverse le Détroit de Torrès et c’est alors qu’il note les faits suivants:

« Le 19 mai, je hissai mes voiles et sortis de la rade et du lagon par la passe Basilisk. Les vents alizés n’étaient toujours pas établis et, quatre jours après mon départ, je pouvais encore apercevoir les réservoirs d’eau sur la colline qui domine Port Moresby. Enfin, la brise vint légère, mais j’avais toujours sur le nez un fort courant qui Sortait du golfe de Papouasie. L’eau avait pris une teinte jaunâtre et charriait d’énormes troncs d’arbre qui m’inquiétaient sérieusement.  
L’abondance de vie autour de moi était extraordinaire; j’étais toujours environné d’une multitude de poissons et d’un grand nombre d’oiseaux de mer qui accouraient se poser, la nuit, sur le gui. Souvent leurs cris et leurs batailles me réveillaient, et je venais sur le pont armé d’un bâton pour rétablir le calme.
Je ne me lassais jamais d’étudier les moeurs de poissons. J’avais déjà eu de nombreuses preuves de leur intelligence et des moyens de communication qu’ils avaient entre eux.
Lorsque la brise était molle et que je m’amusais à faire sauter un hameçon de nacre à la surface, les coryphénes comprenaient vite les dangers de cet appât artificiel. Ils arrivaient dessus avec la vitesse de l’éclair, le touchaient du nez sans jamais le prendre dans la bouche et jouaient avec moi pendant des heures entières. De cet instinct et de ce sens du jeu chez les animaux inférieurs, j’ai eu de nombreuses preuves.
Ainsi, j’ai vu des coryphénes prendre un poisson volant dans leur bouche, le laisser s’échapper pour le rattraper ensuite, l’envoyer en l’air d’un coup de tête, en un mot jouer avec leur proie comme un chat avec la souris.
Et lorsqu’un morceau de bois ou une épave apparaissait à la surface de la mer, les poissons quittaient le Fire-Crest et se précipitaient pour jouer autour, tandis que les oiseaux de mer venaient s’y poser avec des cris aigus qui semblaient être un jeu perpétuel confirmant ainsi toutes mes théories que le jeu est un des instincts primordiaux chez l’homme, qu’iI est raisonnable de travailler pour gagner la nourriture de chaque jour, mais peu sage de faire du travail le but principal de l’existence.  »

Plus tard, lorsqu’il touche à l’ile d’Ascension, Alin Gerbault est appelé à observer un poisson curieux, un poisson qui joue du tambour...

« Un attrait de l’Ile d’Ascension était la pêche dans la baie où abondent des poissons de toutes tailles et de toutes sortes. Là, je pus constater souvent près du Fire-Crest la présence du «  Balistes-Buniva  » qui est pourvu d’un appareil producteur de son, une sorte de tambour qui vibre en même temps que l’aileron pectoral se remue rapidement.  »

A quelques jours de là, le « Navigateur solitaire » tua un énorme requin qui lui parut tout à fait insensible à la douleur :

« Un jour, d’un chaland mouillé près du Fire-Crest, un de mes amis prit à l’hameçon un énorme requin de près de trois quarts de tonne. Je lui tirai quelques coups de carabine sans produire sur lui beaucoup d’effet et nous passâmes un noeud coulant autour de sa queue, mais avant qu’il nous fût possible de le hisser à bord, trois de ses féroces congénères attirés par le sang commencèrent à l’attaquer timidement, puis à le mettre en pièces. Et c’est ici que je pus constater de visu que les récits extraordinaires de voyageurs sur l’incroyable vitalité de ces monstres ne sont pas exagérés. Son ventre et ses intestins furent successivement dévorés jusqu’à ce qu’il
ne restât plus que la queue, la colonne vertébrale avec un peu de chair autour de la tête et quelques viscères attachés...
« Eh bien, fait incroyable, même alors l’immense brute n’était pas morte, ouvrait et fermait les yeux et ne semblait prendre aucun déplaisir à être mise en pièces. Et ce ne fut que lorsque nous sectionnâmes la colonne vertébrale pour amener sa tête à bord que les traces de vie disparurent.  »

Alain Gerbault est sans doute victime ici de son imagination. Les yeux du requin ne sont pas expressifs et voilà tout. Un poisson qu’on jette sur le pré ne manifeste pas non plus ni frayeur ni douleur par le regard et cela n’empêche qu’il souffre beaucoup.
Ce requin qui ne semblent prendre aucun déplaisir à être mis en pièces éprouvait, au contraire, toutes les sensations désagréables de l’animal qui est dévoré tout vif.
Et si ses yeux exprimaient plutôt le bien-être, c’est que les yeux de requin ne sont pas, comme les yeux humains, le « miroir de l’âme  ».

Plus tard encore, lorsque Gerbault quitte l’ile d’Ascension pour les iles du Cap Vert, il est à même de faire d’autres observations, non moins curieuses :


«  Le 18 juin, par un temps calme, j’étais environné de plusieurs centaines de cétacés du genre « black- fish » possédant un énorme aileron dorsal en forme de sabre et une tête presque carrée. Ils s’enfonçaient dans l’eau absolument verticalement en tournant sur eux pour inspecter l’horizon et me regarder de leurs petits yeux. Ce mouvement que les Anglais appellent « pitchpoling » a été décrit à tort par certains auteurs comme particulier au cachalot. Le 21, je fus longtemps suivi par un requin et une énorme raie-manta qui naviguaient de compagnie. Cette raie qui mesurait plus de douze mètres de largeur, m’apparut comme un animal plus redoutable que le squale qu’elle accompagnait.

N’est-ce pas que ce doit être amusant, ce poisson qui se tient dans la position verticale et tourne sur lui-même pour chercher une proie de tous côtés?
Et cette raie-manta de douze mètres de large, quel désagréable compagnon de route, pour un homme qui risque à tout instant de tomber à la mer?



L'auteur parle de poissons joueurs. J'ai d'abord trouvé ça surprenant, mais à la réflexion, pourquoi pas.

Qu'en pensez-vous ?
avatar
alainjura
Groupe Blanc
Groupe Blanc

Age : 59 Date d'inscription : 13/04/2013
Messages : 2001

http://alaindujura.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  geronimo le Jeu 30 Jan - 17:07

Je ne crois pas qu'un poisson puisse avoir l'instinct joueur.
Un peu comme le sandre qui tue et consomme après coup, je pense que dans le récit le poisson devait projeter sa victime pour la tuer ou la blesser, passer à une autre proie et y revenir après pour les manger. Vu par un humain, ça peut ressembler à un jeu.

Par contre, l'auteur fait bien peu de cas des requins qu'il qualifie, de monstre, brute etc.
avatar
geronimo
-= Blanc - Carnassier - Carpe =-
-= Blanc - Carnassier - Carpe =-

Date d'inscription : 01/03/2013
Messages : 3778

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  uKulele le Jeu 30 Jan - 17:28

Pas de soucis Alain pour les droits .

Les récits de marin sont des fois très surprenant sur bien des choses et les rencontres avec les animaux en font parties !

J'ai lu plusieurs passage de "voileux" amateur qui donne plein de sensation dans la tête.

Pour les passages que tu as posé ici, les objets flottants sont souvent accompagné de poissons et le comportement des animaux étonne toujours même sur terre.

Oui je pense que le jeu fais partie du quotidien pour certain d'entre eux comme le dauphin , mérou encore le napoléon . Aussi c'est une traduction humaine

qui n'est peu être pas le message envoyé par un poisson !

Pour l'histoire du requin, faut avoué que les poissons en général ne sont pas vraiment expressif dans leur faciès, même dans des moment pareils, regarde lorsque l'on pique un vif !

C'est toujours agréable c'est livres et l'inconnu nous procure beaucoup d'interrogation je trouve !

Si vous aimez ce genre de périple j'ai suivi un couple de voileux amateur, décidant de vendre à la retraite pour un périple autour du monde. Partant de Sète vers le reste du monde, Le tout accompagnée de photos et le journal de bord est un régal a part certain moment ou le palpitant se met en branle . Le gars pêche pendant la transatlantique c'est vraiment prenant de sensation.
Et le tout est sur le net



avatar
uKulele
Groupe Multipêche
Groupe Multipêche

Age : 48 Date d'inscription : 28/02/2013
Messages : 7470

http://pechefr.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  La brème le Jeu 30 Jan - 19:12

Trés beau récit.
Pourquoi pas l'instinct du jeu?
De nombreuses éspèces dans le règne animal ont recours au jeu, notamment les prédateurs
pour apprendre à leurs petits comment chasser.
Là, je rejoins Pascal en un sens.
Et encore d'autres éspèces comme les dauphins pour ne citer qu'eux qui le font par plaisir.
Les éxemples ne manquent pas, donc moi je pense que oui, certaines  éspèces doivent jouer!
Ce n'est peut etre pas une généralité mais bon.



avatar
La brème
Administrateur
Administrateur

Age : 46 Date d'inscription : 18/03/2013
Messages : 7003

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  geronimo le Jeu 30 Jan - 22:29

D'accord pour le dauphin, mais ce n'est pas un poisson.
avatar
geronimo
-= Blanc - Carnassier - Carpe =-
-= Blanc - Carnassier - Carpe =-

Date d'inscription : 01/03/2013
Messages : 3778

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  uKulele le Ven 31 Jan - 4:43

J'en connais un qui s'amuse tous le temps !

C'est .................. le poisson clown .


-----.----------------- >>> ok je sors !!!



avatar
uKulele
Groupe Multipêche
Groupe Multipêche

Age : 48 Date d'inscription : 28/02/2013
Messages : 7470

http://pechefr.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait d'un livre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum